القوات العمومية تقمع المشاركين في تخليد الذكرى الـ94 لمعركة أنوال

تدخلت مختلف القوات العمومية صباح اليوم الثلاثاء 21 يوليوز لتعنيف فعاليات مدنية وحقوقية احتشدت بمنطقة “أنوال”  (إقليم الدريوش) لتخليد الذكرى الـ 94 للمعركة الشهيرة التي قاده الأمير محمد بن عبد الكريم الخطابي ضد الإستعمار الإسباني.

ورغم أن الشكل النضالي كان سلميا إلا أن المشاركين وبمجرد الإعلان عن الوقفة السلمية في حدود العاشرة والنصف صباحا تفاجأوا بهجوم القوات العمومية مستعملة الهروات بشكل هستيري حسب مصدر حقوقي حضر الوقفة، نتج عنه سقوط عدد من الجرحى وتشتيت المشاركين في فعاليات تخليذ الذكرى، مما خلق ذعرا في صفوف الساكنة.

وتعقبت القوات العمومية المحتجين في الجبال بالجماعة القروية “تليليت”،فيما لم نتأكد من وقوع حالات الإعتقالات.

ولم تكن هذه المرة الوحيدة التي تتدخل فيها القوات العمومية في حق المشاركين في فعاليات تخليد ذكرى معركة أنوال الشهيرة التي تؤرخ للحظة تاريخية في مسار تجربة حرب التحرير الشعبية التي قادها الأمير محمد بن عبدالكريم الخطابي ضد الإستعمار الإسباني وانتصر فيها، حتى غدت ملحمة عالمية تستحضرها الشعوب التواقة إلى التحرير والإستفادة من التجربة الفريدة لمحمد بن عبد الكريم الخطابي في المقاومة.

11745326_970029953035165_8045488233371488831_n

 

تعليق 1
  1. anfa sahra rif republic يقول

    LALGERIE A TOUJOURS ETE LE MOTEUR REVOLUTIONAIRE AU RIF ET SAHARA OCCIDENTALE …………….. L’histoire de l’occupation de la République du Rif par le sultana de marrakech ( encadré par lespagne et la france ) .
    L’émir Abdelkrim Al-Khattabi s’est déclaré l’élève de l’Emir Abdelkader, il avait au sein de son armée, des dizaines d’Algériens descendants de résistants de l’Emir Abdelkader, qui avaient refusé leur incorporation obligatoire dans les rangs de l’armée française durant la guerre 14/19. Leur objectif était de libérer le territoire du Rif et revenir en Algérie chasser le colonialisme français.
    Les gaz de combat sont utilisés par les Espagnols, Français et marocain ( armée du sultan alaouite ) sous le commandement du sinistre maréchal Lyautey, qui devient (Sidi Belyaut) au centre de Casabranca ( republique danfa assi sous occupation mrokaine” sultana de marrakch ” ) . Ainsi, les combattants rifains sont vaincus par les armes chimiques , le Rif est annexé par le sultana de Marakech qui deviendra par la suite le pseudo royaume mrocain . Les témoignages des victimes sont à ce jour consignés : « Il tombait quelque chose comme du soufre. Les gens devenaient aveugles. Leur peau se noircissait et ils la perdaient. Le bétail gonflait et, ensuite, mourait. Soudainement, les plantes séchaient. Durant des semaines, on ne pouvait pas boire l’eau des ruisseaux.
    Mais la braise de la résistance rifaine ne s’est pas éteinte. En 1958, voyant que les Rifains ont abrité l’état-major de l’ALN ainsi que les membres du FLN algerien , le palais de Rabat bombarde avec l’aide de l’aviation française le territoire du Rif, provoquant la mort de dizaines de milliers de victimes, tuées sur ordre de Hassan2 .
    Le 28 juin 1956, Abbas Lamsaadi est assassiné par trois individus à Ain Aïcha, dans la province de Taounate. Entre les 20 et 30 août 1955, les membres du « mouvement national » marocain négociaient le traité d’Aix-les-Bains pour arriver vers un pouvoir supervisé par la France coloniale, et alors annoncer une indépendance qui n’existe pas réellement . Le Rif dans ce contexte a été saigné à blanc et payé un lourd tribut vis-à-vis de la monarchie. L’une de ces horreurs est bien sûr la répression sanglante, par Mohammed V, du soulèvement rifain de 1958, deux années après ladite indépendance, par l’entremise du général Oufkir et Hassan2 , le . Répression qui fit des milliers de morts. La période trouble de l’indépendance en 1956, obtenue auprès des Français. Une période d’incertitude et de tensions independantistes rifaines qui déboucha sur la terrible et sanglante mise au pas de 1958. Aujourd’hui, le peuple rifain est toujours sous occupation marocaine, son territoire est réservé par la monarchie marocaine à la culture et la production du cannabis qui est supervisé et protégé par les milices royalistes marocains. La misere explose dans le Rif, les femmes sont asservi dans la contrebande pour survivre. La braise de la résistance rougeoie toujours, les vétérans n’ont pas oublié à apprendre à leurs enfants que le Rif est un Etat, une République sous occupation marocaine.

اترك رد

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.